Franchises : comment accélérer votre ...

Le digital s’invite à différentes étapes de la vie des restaurants, tant pour faciliter les tâches quotidiennes que pour aider les dirigeants de réseaux à prendre des décisions éclairées sur les différents aspects business liés à leur enseigne. 

Le 1er réflexe : déployer des solutions qui font la différence... dans un environnement de marque uniformisé

Les outils à disposition permettent aussi d’améliorer la satisfaction des clients, tout en garantissant un certain niveau d’uniformité de la marque et de l’expérience quel que soit l’établissement franchisé visité (à condition bien sûr que des solutions similaires y soient déployées).

Parmi les solutions digitales les plus répandues et au ROI éprouvé, citons déjà la commande en ligne. Cette dernière permet d’offrir au client la possibilité de pré-commander son repas et de se le faire livrer au bureau ou à domicile, à moins d’opter pour un retrait en Click
and Collect. La commande en ligne ou la pré-commande peuvent être effectuées depuis un smartphone ou un ordinateur, ou bien au niveau d’une borne de commande directement installée dans l’établissement.

On constate en moyenne à 25% l’augmentation du panier moyen* généré par cette solution (*résultats constatés auprès de notre base de clients Innovorder).

Le digital s'invite partout, y compris en cuisine

Au-delà des revenus supplémentaires et la fluidité du parcours client, le digital permet aussi de faciliter la vie du personnel en salle, au comptoir et en cuisine. Il est par exemple possible d’opter pour une solution de transmission automatique des commandes en cuisine (vers des tablettes dédiées).

Ce n’est pas tout : les menus sur tablette, e-sommeliers et solutions d’auto-encaissement viennent accélérer la prise de commande, tout en augmentant le panier moyen grâce à des possibilités d’upselling et de cross-selling décuplées.

Certaines solutions digitales comme l’application Traqfood s’attaquent à d'autres sujets de fond, tels que la traçabilité alimentaire, l’organisation du plan de nettoyage, l’automatisation des relevés de température,  la gestion des matières ou encore l’impression automatique des DLC secondaires.

La digitalisation s’invite donc à plusieurs niveaux : démarches HACPP, commande, transmission de cette dernière à la cuisine, paiement autonome et dématérialisé via les bornes, mais aussi les applications comme Pay My Table, Lyf Pay , Skello ou encore Billee, storytelling et mise en avant des produits…

Le nerf de la guerre ? Fidéliser, échanger et analyser les données recueillies sur les clients de l'enseigne

La fidélisation est aussi un challenge important, en particulier pour les franchises. Comment faire revenir régulièrement chez vous vos clients satisfaits et, petit à petit, les transformer en ambassadeurs de votre marque ?

Le digital permet justement de dématérialiser les programmes de fidélité : finies les cartes oubliées, et bonjour le marketing en direct via SMS, newsletters et offres personnalisées !

Qu’il s’agisse de commande en ligne ou de fidélisation, le fait d’ouvrir des canaux digitaux pour interagir avec les clients permet d’aller plus loin que le fait de générer des revenus supplémentaires : en effet, le digital permet de récolter des données précieuses sur le
comportement d’achat et les préférences des consommateurs.

Les franchises ont tout intérêt à exploiter cette data qui constitue une source “d’intelligence” supplémentaire pour répondre pleinement aux attentes des clients. Avec la bonne solution, il devient possible de centraliser les données issues de tous les points de vente franchisés pour obtenir une vision globale précise de ce qu’il se passe à tous les niveaux… et donc de prendre les bonnes décisions de pilotage sur la base des chiffres et tendances.

Au final, les bénéfices de la digitalisation du point de vente et de la prise de commande sont nombreux :
  • Parcours client fluidifié ;
  • Meilleure gestion des flux, en particulier aux heures de pointe ;
  • Panier moyen supérieur ;
  • Expérience client optimale:
  • Diminution du nombre d’erreurs ;
  • Augmentation de la productivité, en salle comme en cuisine ;
  • Meilleur engagement des clients grâce à la fidélité dématérialisée ;
  • Dimension de business intelligence via la récolte de data tout au long de l’année;
A la clé : un ROI maximisé et des clients satisfaits !
  • 4 janv. 2021 14:38:14 |
  • Sophie Lecomte

La restauration collective innove : ...

S’adapter, innover, utiliser cette crise comme un levier d’accélération pour améliorer l’expérience convive et maîtriser ses coûts sont au coeur de la stratégie des plus grands noms de la restauration collective. 

C’est particulièrement le cas en entreprise, où l’essor du télétravail, s’il atteint bien sûr des pics depuis quelques mois, devrait s’installer dans la durée pour de nombreuses sociétés : il faut donc trouver de nouvelles offres permettant de séduire de manière flexible les employés au bureau (dans le respect des règles sanitaires), tout en offrant de nouvelles possibilités à celles et ceux qui travaillent depuis chez eux.

Ces dernières semaines ont vu se multiplier les initiatives innovantes, à l’image d’Elior. Nous avons d’ailleurs activement pris part à la naissance du projet La Petite Brigade, une offre de restauration préparée dans un atelier culinaire dédié et livré directement sur site ou en frigos connectés.

De nouvelles offres culinaires en entreprise, flexibles et disponibles à toute heure

Les frigos connectés justement permettent de révolutionner la manière dont les convives consomment sur site :  accessibles en libre-service, ils offrent la possibilité d’accéder à tout moment à des repas gourmands, équilibrés et frais.

Chaque frigo propose une offre variée de références de sandwiches, de plats cuisinés, de salades ou encore de desserts, renouvelés très régulièrement.  Le convive, via son badge, peut déclencher l’ouverture du frigo, choisir son ou ses produit(s) et régler de manière dématérialisée. La reconnaissance des items consommés est effectuée via la technologie RFID intégrée aux emballages de ces derniers. 

Les avantages de ces frigos connectés sont nombreux :

  • Continuer de proposer une offre culinaire qualitative à coûts maîtrisés
  • Séduire les collaborateurs qui ne vont pas ou plus forcément à la cantine
  • S’adapter à une demande toujours plus orientée vers une flexibilité de la consommation (horaires, types de plats, etc.)
  • Exploiter de nouveaux espaces 
  • Réduire les flux à l’heure de pointe au niveau des cafétérias ou selfs traditionnels 
  • Limiter le gâchis alimentaire 

Plusieurs acteurs existent sur le marché : de notre côté, nous avons fait le choix d’intégrer Pop Chef, qui permet de repenser la cantine telle qu’on la connaissait jusqu’alors, via des espaces de vie flexibles et modulaires et des frigos connectés réapprovisionnés quotidiennement en bons petits plats.

Une gestion fluide des nouvelles offres et la prise en compte des spécificités de la restauration collective

Pour que ce système fonctionne bien, tant pour le gestionnaire d’un site que pour les convives, il est fondamental que la manière de pré-commander, de payer sa commande via un badge unique ou une CB, ou de pouvoir recharger aisément son compte convive soit la plus fluide possible.

C’est pourquoi nous permettons aux sites équipés de ces solutions de proposer cette option à leurs convives en prenant en compte les subventions et admissions caractéristiques du secteur. 

Pour aller plus loin, un système de précommande et de Click & Collect vient renforcer l’attractivité de l’offre auprès des convives et permet aux acteurs de la restauration collective de diversifier leur proposition commerciale en profondeur, sans jamais perdre en qualité. 

Pour en savoir plus sur Innovorder, rendez-vous sur notre site officiel. 

  • 8 déc. 2020 14:46:58 |
  • Sophie Lecomte

L'avenir "sans contact", ça ressemble à ...

La commande et le paiement sans contact, vous connaissez déjà.

Nous n'en sommes toutefois qu'aux premières étapes de leur développement et des possibilités qui existent déjà du côté de l'identification biométrique ou de la reconnaissance vocale, en France en tout cas.

En réalité, le "sans contact" concerne bien d'autres interactions, dont certaines intéresseront rapidement le secteur de la restauration.

Le plus fou : un menu sur hologramme

L'invention résonne d'autant plus qu'elle fait parler d'elle dans un contexte sanitaire particulièrement contraignant. Holo Industries (une marque de Convergence Promotions LLC, qui devrait devenir une société à part entière dans les semaines à venir) a développé une solution aux applications multiples.

Pour les restaurateurs, il sera possible de proposer aux clients des menus interactifs qui apparaissent sous la forme d'un hologramme.

(c) Holo Industries

Regardez plutôt : le résultat est frappant.

Le plus étrange à imaginer : des robots autonomes de livraison

On a beaucoup parlé des projets de drones de livraison, particulièrement attendus par Amazon mais aussi par Google, 1ère entreprise à livrer par drones aux Etats-Unis via sa filiale Wing.

Au-delà des gros acteurs du Web, la question de la livraison de repas et de  denrées alimentaires au pied d'un immeuble ou directement à la maison se pose d'autant plus que ce marché explose et que les questions sanitaires et éthiques liées aux flottes de livreurs ne cessent de revenir sur le devant de la scène.

Ce n'est donc pas prendre beaucoup de risques que de prédire un bel avenir aux premières générations de robots autonomes de livraison, à l'image des véhicules conçus par Starship Technologies (société propulsée par 2 fondateurs de Skype...).

(c) Starship Technologies

Si le sujet vous intéresse, cet article publié par l'Usine Digitale devrait vous occuper quelques temps.

Vous pouvez aussi regarder cette vidéo publiée par BuzzFeed, qui a tenté de voler une livraison à un robot. Elle prête à sourire, mais permet surtout de voir comment évolue ce type d'appareil en environnement urbain !

Les robots autonomes sont plus faciles à mettre en place que les drones, mais leur déploiement à grande échelle pose encore un grand nombre de problèmes. A suivre !

Le plus discret : un crochet personnel hygiénique multifonctions

Ne vous arrêtez pas à son côté MacGyver ni au caractère peut-être moins spectaculaire que les innovations précédentes.

Le Yanook, crochet multifonctions développé par une start-up française, permet de réaliser une multitude de gestes quotidiens en supprimant le contact direct, de la composition d'un code de carte bleue à l'ouverture d'un robinet, l'appui sur un bouton d'ascenseur...

(c) Yanook

L'invention s'adresse aussi bien au grand public qu'aux professionnels.

Les restaurateurs peuvent par exemple choisir d'opter  cet objet afin d'améliorer la protection de leurs employés et collaborateurs au quotidien.  

Le crochet est très abordable financièrement, conforme aux normes alimentaires et facile à nettoyer. Il est même possible de le faire personnaliser aux couleurs de votre enseigne !

Cet article vous a plu ? N'oubliez pas de le partager ou de nous laisser un commentaire ci-dessous :)

  • 1 oct. 2020 00:00:00 |
  • Sophie Lecomte

Les restaurants franchisés peuvent-ils ...

Le digital s’invite à quasi toutes les étapes de la vie des restaurants franchisés (à l'exception bien sûr de la dégustation ;), tant pour fluidifier les tâches quotidiennes que pour aider les dirigeants de réseaux à prendre des décisions éclairées sur différents aspects business de la franchise.

Les outils permettent aussi d’améliorer la satisfaction des clients, tout en garantissant un certain niveau d’uniformité de la marque et de l’expérience quel que soit l’établissement franchisé visité (à condition bien sûr que des solutions similaires y soient déployées).

Parmi les solutions digitales les plus répandues et au ROI éprouvé, citons déjà la commande en ligne. Cette dernière permet d’offrir au client la possibilité de pré-commander son repas et de se le faire livrer au bureau ou à domicile, à moins d’opter pour un retrait en Click and Collect.

La commande en ligne ou la pré-commande peuvent être effectuées depuis un smartphone ou un ordinateur, ou bien au niveau d’une borne de commande directement installée dans l’établissement.

Du côté des clients Innovorder, on constate en moyenne 25% d’augmentation du panier moyen grâce à cette solution.

Au-delà des revenus supplémentaires et la fluidité du parcours client, le digital permet aussi de faciliter la vie du personnel en salle, au comptoir et en cuisine. Il est par exemple possible d’opter pour une solution de transmission automatique des commandes en cuisine (vers des tablettes dédiées).

Ce n’est pas tout : les menus sur tablette, e-sommeliers et solutions d’auto-encaissement viennent accélérer la prise de commande, tout en augmentant le panier moyen grâce à des possibilités d’upselling et de cross-selling décuplées.

Certaines solutions digitales comme l’application Traqfood s’attaquent à des sujets de fond, tels que la traçabilité alimentaire, l’organisation du plan de nettoyage, l’automatisation des relevés de température, la gestion des matières ou encore l’impression automatique des DLC secondaires.

La digitalisation s’invite donc à plusieurs niveaux : démarches HACPP, commande, transmission de cette dernière à la cuisine, paiement autonome et dématérialisé via les bornes, mais aussi les applications comme Pay My Table, Lyf Pay ou encore Billee, storytelling et mise en avant des produits…

La fidélisation est aussi un challenge important. Comment faire revenir régulièrement chez vous vos clients satisfaits et, petit à petit, les transformer en ambassadeurs de votre marque ? Le digital permet de dématérialiser les programmes de fidélité : finies les cartes oubliées, et bonjour le marketing en direct via SMS, newsletters et offres personnalisées !

Qu’il s’agisse de commande en ligne ou de fidélisation, le fait d’ouvrir des canaux digitaux pour interagir avec les clients permet d’aller plus loin que le fait de générer des revenus supplémentaires :  le digital permet en effet de récolter des données précieuses sur le comportement d’achat et les préférences des consommateurs.

Les franchises ont tout intérêt à exploiter cette data qui constitue une source “d’intelligence” supplémentaire pour répondre pleinement aux attentes des clients.

Avec la bonne solution, il devient possible de centraliser les données issues de tous les points de vente franchisés pour obtenir une vision globale précise de ce qu’il se passe à tous les niveaux… et donc de prendre les bonnes décisions de pilotage sur la base des chiffres et tendances.

Au final, les bénéfices de la digitalisation du point de vente et de la prise de commande sont nombreux :

  • Parcours client fluidifié ;
  • Meilleure gestion des flux, en particulier aux heures de pointe ;
  • Panier moyen supérieur ;
  • Expérience client optimale;
  • Diminution du nombre d’erreurs ;
  • Augmentation de la productivité, en salle comme en cuisine ;
  • Meilleur engagement des clients grâce à la fidélité dématérialisée ;
  • Dimension de business intelligence via la récolte de data tout au long de l’année;

A la clé : un ROI maximisé et des clients satisfaits !

Ce sujet vous intéresse ? Téléchargez notre livre blanc complet "Comment le digital accélère le succès des franchises de restaurants 👇

  • 29 juil. 2020 00:00:00 |
  • Sophie Lecomte

Demain, comment paiera-t-on au ...

S'il y a quelques années encore, payer sans contact, flasher un code-barres depuis sa table ou partager l'addition entre amis sans que le restaurateur ait à intervenir paraissaient des solutions avant-gardistes, on le constate bien aujourd'hui : les modes de paiement innovants accélèrent leur développement et de nouvelles technologies s'inviteront bientôt à table (et pas que...).

Quelles sont-elles ? Nous allons voir dans cet article que le secteur du retail et plusieurs expérimentations dans la restauration ouvrent la voie à des manières de payer qui toucheront prochainement le grand public... à savoir vos clients. Avec un mot d'ordre : le phygital à toutes les sauces !

Au programme de cet article : les paiements sur place, mais aussi les nouvelles modalités de prise de commande à distance.

L'approche biométrique : le corps, nouvelle carte bancaire ?

Le titre est un peu provocateur, mais les technologies existent déjà. Au-delà des nombreux problèmes éthiques et de traitement de données qu'elles vont poser (ce qui est déjà le cas dans les rares pays où ces approches sont implémentées), on ne peut nier qu'elles révolutionneront probablement la manière dont nous payons au quotidien : dans les supermarchés ou épiceries déjà, mais aussi au restaurant par extension.

Après tout, quoi de plus facile que de sourire à une caméra ou poser sa main sur un lecteur d'empreintes pour régler une addition ?

Aux Etats-Unis, les fans de l'équipe des Seahawks de Seattle peuvent déjà payer leur bière au stade en posant leurs doigts sur un récepteur. La technologie derrière ce système est tout simplement celle de CLEAR, que vous avez peut-être déjà croisée au moment d'entrer sur le territoire américain.

Rapide, fluide, sans friction, ce mode de paiement n'a pas fini de parler de lui. On attend déjà les débats passionnés sur la protection de la vie privée et les dérives possibles rendues par cette technologie, mais nous ne manquerons pas de suivre ses évolutions !

Au-delà de l'exemple des Seahawks, l'idée est d'étendre ces systèmes aux festivals, aux restaurants, aux supermarchés et pourquoi pas aux bars et cinémas d'ici quelques années...

Lecture suggérée (en anglais):

Seahawks Fans Can Now Buy Beer With Their Fingerprints. Is That a Good Thing?

Votre sourire vaut de l'or (ou presque)

On continue sur la lancée biométrique avec la reconnaissance faciale, accélérée entre autres par les initiatives d'Alipay et de Carrefour en Chine, ainsi que par la chaîne KFC.

La Chine est sans conteste le pays où se développent le plus rapidement ses solutions aujourd'hui. Le système consiste à scanner à l'aide d'une caméra 3D le visage d'une personne soit à l'entrée du magasin puis au moment du passage en caisse, soit au moment du paiement si la personne a déjà "lié" son visage à son compte bancaire.

Petits soucis de surveillance potentielle dans certains pays ? Oui. Technologie d'avenir ? Oui aussi, très probablement.

"D’ici 2 ans, vous paierez avec votre visage, c’est une évidence. Le paiement sans contact n’existait pas il y a trois ans, aujourd’hui il est entré dans nos vies. (...) Demain, on l’utilisera comme passeport ou pour payer au restaurant. Il y a toujours un délai de sécurisation de la technologie et un délai d’adoption par les consommateurs. Vous trouverez ça un peu intrusif au départ, puis vous trouverez ça pratique et, pour finir, vous ne vous poserez plus la question."

Jérémy Dahan, interviewé sur l'ADN.eu

Lecture suggérée :

En Chine, on paie avec le sourire, littéralement
La technologie connait un essor fulgurant en Chine où Alipay permet de payer en scannant leur visage dans une centaine de villes.

Commander et payer par la voix : la déferlante arrive

Que McDonald's fasse l'acquisition d'Apprente, start-up spécialiste des solutions vocales, afin de développer la commande par la voix au niveau du drive et de son application mobile n'est que l'arbre qui cache (à peine) la forêt.

Via Google Home et Alexa (mais aussi Google Assistant), les solutions quotidiennes basées sur la commande vocale entrent peu à peu dans notre quotidien. Si l'on a tous commencé par demander la météo du jour, rien n'empêche d'imaginer que nous réserverons une table ou passerons commande en quelques mots depuis notre salon d'ici plusieurs mois ou années.

Des sociétés dédiées travaillent déjà à affiner leurs solutions pour les restaurants, à l'image par exemple de Voix.ai.

Si les options de commande sont déjà là et deviendront rapidement le "nouveau normal", reste bien sûr à optimiser les moyens de paiement. Là encore, le tout-voix l'emportera-t-il, ou devra-t-on encore dégainer notre portefeuille à l'approche du livreur ? A suivre.

Lecture suggérée (en anglais)

“Alexa, Order Pizza!” How Voice Ordering Will Impact Restaurants

Des pizzas et des bots 🤖x 🍕 : la commande via chatbot sur les réseaux sociaux

Depuis 4-5 ans, les bots ont fait parler d'eux dans des domaines divers et variés, qu'ils soient installés sur les sites Web ou prêts à échanger avec nous sur les réseaux sociaux - Facebook et Twitter notamment.

On les croise en réservant un billet de train, en se connectant à sa banque en ligne... et un peu moins, il est vrai, lorsque l'on veut passer commande au restaurant.

Pourtant, de grandes enseignes se sont déjà lancées, à l'image de Domino's Pizza et de Pizza Hut. De quoi largement s'inspirer pour les années à venir, d'autant que plusieurs sociétés innovantes travaillent à développer des offres avancées de chatbots. Rien ne vous empêche toutefois de coder le vôtre si vous avez une double vie de développeur et restaurateur / entrepreneur ;)

De quoi reprendre goût à Facebook ? Vous nous direz.

Io-quoi ? IoT, le monde fabuleux des objets connectés

Payer avec son smartphone : tout le monde connaît. Payer avec sa montre (connectée donc) : on commence à s'y faire.

Et si demain, vos clients vous réglaient leur repas depuis un joli bracelet connecté, un bijou (ils existent déjà!) et... pourquoi pas avec leur voiture, à l'approche de votre établissement ?

Les suggestions pourraient prêter à sourire si elles n'étaient pas en cours de développement, voire déjà en activité.

L'exemple de la voiture connectée est le plus frappant (et à terme, une force de frappe incroyable pour vendre plus et surtout mieux):

Demain, vous pourrez reconnaître un client existant à l'approche du parking, lui suggérer son menu favori alors qu'il passe à proximité, et pourquoi pas déclencher exactement la préparation de la commande en fonction de son délai d'arrivée.

Alors, vous sentez-vous prêt(e) ? N'hésitez pas à partager cet article avec votre réseau et à nous laisser un commentaire ci-dessous.

  • 27 juil. 2020 00:00:00 |
  • Sophie Lecomte
email

Recevez les actualités d'Innovorder

email

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Recommended for you