Bien que dotée de caractéristiques particulières qui la distinguent des restaurants et franchises traditionnels, la restauration scolaire prend elle aussi le virage du digital. Comment les innovations FoodTech optimisent-elles son fonctionnement ? A quelles attentes répondent-elles ? Contrôle des accès, paiement dématérialisé, pré-commande et click and collect, optimisation des flux, réduction des coûts, transparence des menus et lutte anti-gaspillage… le point sur ces tendances qui font la différence aujourd’hui.

L’essor des dispositifs dématérialisés pour l’accès et le paiement de la cantine

Si la carte de cantine existe encore bel et bien, de plus en plus d’établissements choisissent de mettre en place un équipement biométrique pour permettre l’accès au restaurant scolaire et la dématérialisation du badge pour faciliter le paiement.

Il suffit à l’étudiant d’entrer un code, puis de poser sa main sur un lecteur. Une fois reconnu, il peut récupérer son plateau et prendre son repas, avant de payer depuis son smartphone ou son e-wallet.

Les avantages de ces dispositifs sont nombreux, tant pour les élèves et leurs parents que pour les responsables de l’établissement :

  • Une meilleure gestion des oublis et prêts de la carte de cantine;
  • Des économies sur les remplacements (payants) des cartes perdues ou endommagées ;
  • Moins d’administratif;
  • Une optimisation de l’organisation du passage des élèves au restaurant ( gestion des flux améliorée);

A l’avenir, et parce que cette technologie existe déjà pour les entreprises, les établissements scolaires pourront aussi bénéficier d’un système de scan de plateau permettant d’automatiser et d’accélérer une partie importante du passage à la cantine.

La transmission des menus digitalisés

Veiller à une alimentation équilibrée, s’assurer de la qualité des produits et de la présence d’éventuels allergènes consommés par l’enfant, savoir quand des produits biologiques sont proposés et quelle est l’origine des ingrédients principaux, rendre possible le suivi d’un régime alimentaire spécifique à l’école sont autant d’attentes des parents d’élèves.

Les résultats de cette étude qui porte notamment sur l’utilisation d’Internet dans le cadre de la restauration scolaire révèlent que 82,2% des interviewés souhaitent accéder virtuellement au menu de la semaine, contre 54% au menu du jour. La même étude, menée par GECO Food Service, souligne que près d’une personne sur 3 souhaite être informée de la présence de produits biologiques, que 41,1% des personnes sondées veulent accéder par Internet à des informations sur ce qui est cuisiné sur place et que 40,5% d’entre elles veulent savoir d’où viennent les produits bruts servis qui vont être servis à leurs enfants.

Plusieurs solutions existent déjà pour répondre à ces attentes. L’application BonApp, développée par Elior, permet par exemple aux parents de non seulement prendre connaissance des menus servis à la cantine, mais aussi de l’origine des produits. Ils peuvent également l’utiliser pour payer la facture de restauration scolaire de manière dématérialisée, depuis n’importe quel appareil.

D’autres applications permettent de recevoir une notification lorsque l’un des plats favoris de l’enfant est au menu (à condition bien sûr qu’il ait été renseigné), ou encore de recevoir des suggestions pour le dîner.

L’arrivée du Click and Collect dans la restauration collective

Assurer une meilleure expérience client, faire gagner du temps aux élèves, mais aussi à l’administration scolaire et aux équipes de restauration, c’est ce que permet le Click and Collect appliqué à la restauration scolaire.

Dans certains établissements, les étudiants peuvent se connecter à une application, à une borne ou utiliser leur ordinateur pour pré-commander leur repas. Au final, les temps d’attente sont drastiquement diminués et le choix dans les produits augmente. Cela impacte aussi positivement l’optimisation du travail en cuisine.

La solution Weeky Connect, développée par Elior et Innovorder, le permet actuellement.

Une réduction du gaspillage alimentaire

Diminuer le gaspillage est un challenge pour tous les acteurs de la restauration. Dans les écoles et universités, il est possible d’agir à différents niveaux. Via l’éducation et la sensibilisation d’abord, mais aussi grâce à de nouveaux outils qui permettent d’anticiper la demande et d’augmenter la satisfaction des consommateurs en prenant en compte leur feedback.

Si la pré-commande, citée précédemment dans cet article, permet de limiter les invendus et de mieux gérer les stocks, elle n’est pas la seule approche efficace en matière de lutte contre le gaspillage.

Les frigos connectés sont également une solution innovante en restauration collective, tant pour l’entreprise que pour le secteur scolaire. Foodles ou encore NU! aident à viser le zéro déchet, tout en intégrant à la cantine une offre fraîche et gourmande.

Enfin, une solution comme Too Good to Go permet aussi de revaloriser ses invendus (excédents de production qui n’ont pas trouvé preneur) et de lutter ainsi contre le gaspillage alimentaire.

Au final, le digital vient peu à peu transformer l’univers de la restauration scolaire à différents niveaux : celui de la cuisine, bien sûr, mais aussi celui de la gestion administrative de l’établissement, tout en répondant aux attentes des parents et étudiants en matière de facilité de communication et de paiement.